Home   /   La dépression et votre entourage   /   Témoignages   /   Témoignage d'un fils

Témoignages


Katrien
Prof. Dr P. Sienaert
Alain P
Patient
Marianne C
Patiente
Claudia B.
Patiente
Peter F
Patient
Anoniem
Patient
Jasper D
Fils
Guy Swinnen
Musicien
Tony
Partenaire
Sandra D
Collègue

Témoignage d'un fils

Ma maman a subi une grave dépression il y a deux ans, tellement grave que ma fête de communion n'a pas pu avoir lieu. Je trouvais cela très triste et je me demandais ce que j'avais fait de mal. Peut-être n'étais-je pas assez obéissant ? Maman ne m'aimait-elle plus ? Parfois, j'avais aussi peur qu'elle ne sorte plus jamais de son lit et qu'elle reste toujours malade.

Sur les conseils du médecin, mon papa a pris contact avec une personne d'un groupe d'entraide. Nous avons été invités plusieurs fois chez quelqu'un. C'était bien, aussi pour mon papa. Nous y avons reçu quelques conseils pour nous aider à remettre maman sur pied. J'ai aussi appris que la dépression de maman était une maladie et que ce n'était pas du tout ma faute.

Un des conseils que nous avons reçus était de recouvrir un grand mur de photos. Des photos qui montraient à maman comme nous étions heureux ensemble avant qu'elle ne soit victime de dépression. Notre mur était rempli de photos un peu folles de nos vacances. Il y avait aussi quelques photos où papa regardait maman avec des yeux très amoureux….

Nous avons remarqué après quelque temps que maman pouvait à nouveau rire à la vue de ces photos. C'était un bon signe. À partir de ce moment-là, les choses se sont améliorées lentement. Les médicaments de maman agissaient visiblement. Elle allait aussi régulièrement discuter avec quelqu'un.

"Je me demandais si c’était à cause de moi que maman avait une dépression. Et si elle ne m’aimait plus ? Papa et moi avons décoré les murs de la cuisine de jolies photos, et après un moment, j’ai bien vu que cela remontait le moral à maman."

Depuis quelques mois, tout semble de nouveau plus ou moins en ordre et maman ne doit plus prendre de médicaments. À présent, elle suit chaque semaine un cours où elle apprend à se détendre. Lorsqu'elle en revient, elle est toujours de bonne humeur.

Nous sommes en train de planifier pour bientôt ma fête de communion. Un peu plus tard que prévu, mais ce n'est pas très grave. Maintenant, je peux rouler sur un grand vélo et je le recevrai de ma grand-mère !