Home   /   La dépression et votre entourage   /   Aperçu des conseils de patients dépressifs   /   Cela passe et, aussi fou que cela puisse paraître, on en retire énormément.

Cela passe et, aussi fou que cela puisse paraître, on en retire énormément.

Ce que vous pensez à un moment donné au cours de votre dépression n’est qu’une vague idée liée à des fonctions cérébrales troublées. Vous n’êtes pas celui/celle ou ce que vous pensez être en ce moment. Essayez de vous accepter en tant que personne et sachez que la dépression vous oblige pendant quelques semaines ou quelques mois à vous reposer, changer, apprendre à vous occuper de vous, aller à l’essentiel.

Après une longue période, vous devez admettre que vous êtes en train de changer ou que vous avez réglé une certaine difficulté afin de changer, pour un mieux. Votre corps et votre esprit ne vous laissent absolument aucune échappatoire, c’est une stratégie de survie plus profondément ancrée que votre propre conscience. C’est un instinct primitif, heureusement.

Si nous venions à le perdre dans cette période agitée de toujours plus, toujours mieux, toujours plus haut et toujours plus loin… alors nous sauterions tous du premier pont venu, parce que tout le monde en a plus qu’assez de ce mode de vie qui nous épuise. Soyez à l’écoute de vos sentiments et de votre cœur, n’anticipez pas trop, vivez au jour le jour, oubliez une mauvaise journée, demain sera mieux, ou peut-être pas, on verra bien, à chaque jour suffit sa peine. Refaites les choses que vous aimiez faire étant enfant et dans lesquelles vous puisiez de la satisfaction, même s’il s’agit de gribouiller dans un livre de coloriage pour enfants, faites-le, le temps s’écoulera mieux. Regardez les couleurs, les belles couleurs vous procurent de bonnes sensations et éveillent parfois d’agréables souvenirs. Humez vos nouveaux crayons de couleur, ils ont le parfum du temps jadis.

Faites quelque chose que vous n’avez encore jamais fait, laissez-vous surprendre comme seul un enfant sait le faire. Dites-vous : je vais essayer. Faites un premier pas, le second suivra plus tard. Pas à pas, vous avancez, comme un enfant apprend à marcher, et cela va de mieux en mieux. Pas vite, au contraire. Très lentement.
Réapprenez à vivre et profitez des plus petites choses que vous n’auriez même pas remarquées sinon. Un parfum, un goût, un mot, un petit détail chez quelqu’un, une plante, un animal.

J’en suis sortie, et je me sens bien. J’ai appris, et je continue d’apprendre chaque jour. Chaque jour est un nouveau défi et chaque défi, aussi minime soit-il, est beau.

Marinka D'hauw, Bruges